Vivre Nice - le Blog Note de la ville

Accueil | Inscription à la newsletter | Contact | Mentions légales

lundi 14 avril 2014

10 milliards d'euros de réduction budgétaire sur le dos de la santé : Une imposture !

Le gouvernement annonce vouloir trouver sur les trois prochaines années 50 milliards d'euros d'économies dans les dépenses publiques. 20 % de cet effort devra porter sur l'assurance-maladie. Nous venons en effet d'apprendre qu'un cinquième de la réduction budgétaire, 10 milliards d'euros, devra porter sur une assurance-maladie dont le déficit en 2013 affichait 7,7 milliards d'euros (5,9 en 2012, 8,6 en 2011, 11,6 en 2010 … et 6,1 attendu en 2014)

La crédibilité de cette pression budgétaire sur le secteur de la santé prête bien évidemment à caution. Depuis des années les plans de « sauvetage de la sécu » se succèdent les uns aux autres avec les résultats que nous connaissons.

Etre aussi péremptoire et afficher une telle volonté d'économiser 10 milliards d'euros ne laisse la place qu’à trois possibilités : 1/ Le gouvernement sort du chapeau un plan brillant et efficace auquel personne n'a pensé depuis des décennies 2/ Le gouvernement sait pertinemment que l'objectif ne sera pas atteint 3/ Le gouvernement s'engage dans une véritable restriction des soins

Quels sont en effet les pistes envisagées ?

Lire la suite...

jeudi 3 avril 2014

12,43 % des électeurs trompés lors des élections municipales à Nice !

Ils pensaient voter pour une liste « divers droite » Ils font rentrer au Conseil municipal un socialiste !

Ils pensaient voter pour une liste « société civile » Ils découvrent que la seule personne qui n’avait pas de mandat démissionne avant le premier conseil !

Ils pensaient voter pour une liste « paritaire homme / femme » Ils constatent que la première femme est « priée » très gentiment de démissionner !

Ils pensaient voter pour une liste qui promettait faire de « La politique autrement » Ils assistent à de basses manœuvres politiciennes !

Ils pensaient voter pour une liste « proche de nos préoccupations » au premier rang desquelles la santé Ils assistent au débarquement un professeur du CHU !

12,43 % des électeurs trompés lors des élections municipales à Nice en 2014 … ils devront s’en souvenir en 2015 !!!

nm3avril214.JPG Nice Matin souligne l’entrée d’un « vrai politique » …

lundi 31 mars 2014

Christian ESTROSI plébiscité pour un 2ème mandat

victoire.jpg

lundi 24 mars 2014

Le premier tour des élections municipales à Nice place très largement en tète la liste de Christian ESTROSI

Historique ! Avec 45% des voix Christian ESTROSI réalise le meilleur score réalisé par un candidat à Nice depuis plus de 30 ans lors d’un premier tour d’élection municipale.

Ce résultat témoigne de trois éléments : Un satisfécit des niçoises et des niçoises vis-à-vis de son bilan de premier magistrat, une adhésion à son projet pour les six ans à venir et un soutien à une ligne politique sans ambigüité.

Aucune autre liste en compétition ne peut se prévaloir de tels arguments ! Entre : une liste socialiste qui mérite la sanction que les électeurs ont adressé à l’actuel gouvernement, une parisienne parachutée plus préoccupée par les futures européennes que par Nice et un conglomérat politiquement hétéroclite, sans bilan, sans projet et sans vision … un seul choix s’impose.

La mobilisation doit se poursuivre pour confirmer et amplifier la victoire le dimanche 30 mars.

Votons pour la liste NICE ENSEMBLE conduite par Christian ESTROSI

1ertour2.JPG

1ertour1.JPG

dimanche 16 mars 2014

Très forte mobilisation et enthousiasme à la réunion publique de Christian ESTROSI ce dimanche au Palais Acropolis

acropolismars1.JPG

acropolismars2.JPG

acropolismars3.JPG

jeudi 13 mars 2014

Réunion publique Christian ESTROSI dimanche 16 mars 10h30 Palais Acropolis

Dans une dizaine de jour se tiendra le premier tour des élections municipales à Nice comme dans l’ensemble des communes de France pour désigner les équipes qui administreront les villes pour six ans.

J’ai l’honneur et le plaisir de figurer sur la liste de Christian ESTROSI.

Le choix de soutenir Christian ESTROSI représente pour moi une évidence : Le maire sortant aborde cette consultation électorale avec un bilan, un projet, une vision pour la ville de Nice et un positionnement politique sans ambigüité.

Je vous invite à nous retrouver lors de la grande réunion publique que Christian ESTROSI tiendra le DIMANCHE 16 MARS à 10 h 30 au Palais Acropolis.

Bien cordialement,

Hervé CAEL

reunion16mars.JPG

mercredi 12 mars 2014

Réunion publique Christian ESTROSI Municipale Nice 2014

reuninbaumettes.JPG

Réunion école des Baumettes

jeudi 6 mars 2014

Sur le terrain Christian ESTROSI 2014

Matinée de tractage, rencontres avec les commerçants et riverains ce matin sur le boulevard Gambetta avec Rudy SALLES et Marie-Dominique RAMEL. Excellent accueil !!

tractRudy6mars14.JPG

permchestrosi6mar14.jpg

mercredi 5 mars 2014

Découvrez l’application Christian ESTROSI

appliChE.jpg

Nice Ensemble 2014 Christian ESTROSI

afficheche2014.JPG

dimanche 2 mars 2014

Christian ESTROSI 2014

Suivez la campagne électorale de Christian ESTROSI sur

http://www.estrosi-2014.fr

Picestrosi2014.jpg

mardi 25 février 2014

Présentation de la liste Nice Ensemble de Christian ESTROSI

presentationliste.jpg

mardi 18 février 2014

Présentation du PROJET POUR NICE Christian ESTROSI

estrosi20142.jpg

mercredi 22 janvier 2014

A l’occasion des vœux de Christian Estrosi aux représentants des Comités et Conseils de quartiers de Nice

L'implication des citoyens à la vie de leur commune peut s'inscrire dans différents contextes.

Les Comités de quartier sont des regroupements volontaires de riverains en « association loi 1901 ». Les comités de quartier sont, plus ou moins anciens, de taille diverses (de quelques adhérents à plusieurs centaines), et ont des activités qui varient de l’organisation de manifestations culturelles, sportives ou conviviales en passant par une véritable défense des intérêts des habitants de leurs secteurs.

Les Conseils de quartier sont issus de la loi du 27 février 2002, dite Loi Vaillant, qui prévoit dans les villes de plus de 80 000 habitants la « création de Conseils de quartier permettant une participation de la population à la démocratie et à la vie locale ». Cette loi précise que « le Conseil municipal fixe le périmètre de chacun des quartiers constituant la commune. Chacun d’eux est doté d’un Conseil de quartier dont le Conseil municipal fixe la dénomination, la composition et les modalités de fonctionnement. Les Conseils de quartier peuvent être consultés par le maire et peuvent lui faire des propositions sur toute question concernant le quartier ou la ville. Le maire peut les associer à l’élaboration, à la mise en œuvre et à l’évaluation des actions intéressant le quartier, en particulier celles menées au titre de la politique de la ville. Le Conseil municipal peut affecter aux conseils de quartier un local et leur allouer chaque année des crédits pour leur fonctionnement. » A Nice, le Conseil municipal à adopté le 19 décembre 2008 une « charte des Conseils de quartier » qui prévoit les modalités de fonctionnement de ces instances. Chaque Conseil de quartiers niçois (il en existe 17 sur la ville) est composé de 20 membres permanents : L’adjoint au maire en charge du territoire 5 élus municipaux (3 de la majorité et 2 de l’opposition) 7 membres représentant les Comités de quartier 7 représentants de « la population résidant ou travaillant dans le quartier désigné par le Maire ». Les Conseils de quartier ont pour vocation d’être une interface entre les citoyens et la municipalité.

Comme pour toute structure démocratique, les Conseils de quartiers n’échappent pas à la critique. Tout système est perfectible. Mais en cette fin de mandature je vous invite juste à une réflexion : Il semble exister une corrélation inversement proportionnelle entre d’une part, l’énergie développée par certains pour critiquer aujourd’hui en fin de mandature l’action des Comités et Conseils de quartiers et, d’autre part, le travail, les idées, les propositions qu’ils ont pu y apporter durant ces dernières années …

mercredi 1 janvier 2014

Bonne année 2014 !!

voeux2014G.JPG

mercredi 4 décembre 2013

Disparition de Sacha SOSNO. Sa vie, Ses œuvres à Nice

Tete_Carree_2.JPG

« J’essaye de vous obliger à imaginer », « Je ne fais que 50% du travail, les autres doivent finir de créer la sculpture » Sacha SOSNO

Lors de la préparation de mon livre « Nice Art, Nice, un musée d’art contemporain à ciel ouvert » j’ai eu l'honneur de rencontrer Sacha SOSNO dans son atelier sur la colline de Bellet. Au fils des ans ses œuvres ont façonnées le paysage urbain de notre ville. Hommage.

Alexandre Joseph SOSNOWSKY, plus connu sous le nom de Sacha SOSNO, est né à Marseille en 1937. Sa mère est niçoise et son père est originaire d’Estonie. Il passe son enfance en Lettonie, à Riga.

Sa carrière artistique sera marquée très jeune par des rencontres : Henri MATISSE en 1948 à Nice, ARMAN et Yves KLEIN en 1956. C’est le contact avec la « monochromie » qui lui fera brûler la plupart de ses toiles « abstraites » de l’époque. En 1958 il réside à Paris où il s’inscrit à Science-Po et à l’Ecole des Langues Orientales tout en suivant par intermittence, les cours de la Faculté de Droit et de l’Institut de Filmographie à la Sorbonne.

En 1961 il revient à Nice et crée la revue « Sud Communication » où il y énonce la première théorie de ce qui deviendra « l’école de Nice » dont il sera un de piliers. Il se lie alors d’amitié avec Martial RAYSSE. Son nom apparait également au générique d’émissions sur le cinéma en tant que réalisateur à Télé Monte Carlo. En 1962 il effectue son service militaire à Toulouse qu’il termine en qualité d’archéologue après la découverte du plus grand gisement français de tombes gallo-romaines, en collaboration avec le CNRS. De 1963 à 1966, il travaille dans la presse et l’imprimerie et devient le collaborateur de Jean SAINTENY, puis il participera durant trois ans comme auteur ou chroniqueur à des reportages pour l’émission de télévision « Dim Dam Dom » de Daisy GALLARD, avant de devenir reporter photographe de guerre. Il voyage alors en Irlande, au Bangladesh et au Biafra. De ce dernier séjour il publiera un livre « Biafra, proximité de la mort, continuité la vie » avec une préface du professeur Wolff, prix Nobel, et de Pierre Emmanuel de l’Académie Française.

Ses photographies prises sur le vif, dont il cache les éléments les plus choquants lui permettront de constater la force expressive de l'oblitération qui deviendra son langage personnel. Il n’aura de cesse de développer ce concept d’oblitération, du « cacher pour mieux voir », sur différents supports : peintures, sculptures et architectures. Le spectateur est invité à reconstruire mentalement ces images et ces formes dissimulées par des vides, des pleins ou des plaques.

En 1969, il s’installe à Montparnasse et participe aux débuts de l’art vidéo et au mouvement d’art sociologique. Il réalise des performances et peint sur toile photographique sensible. L’année suivante il écrit le livret d’un ballet, « Astronomy », réalisé pour la télévision par Guy JOB sur une musique de Pierre HENRY. Ses premières expositions ont lieu en Europe au début des années 70 : Bologne, Genève, Porto, Munich, Nice et Paris.

En 1974, il quitte Paris, vend son atelier, et achète un voilier en Hollande pour réaliser la traversée de l’Atlantique sur le Go West avec sa compagne Maschat. Son périple durera trois ans, de l’été 1976 à l’automne 1979, alors que sa carrière parisienne était florissante. Une forme d’oblitération dans sa propre vie ?

A son retour en France il s’installe à Nice, avant de repartir pour l’Inde, les Etats Unis, le Japon, la Corée, le Canda, la Grèce, la Chine … où il poursuit son œuvre et réalise des expositions.

Sacha SOSNO résidait à Nice où l’artiste y avait installé son atelier au milieu de ses vignes et oliviers.

Ses œuvres, où il utilise principalement, le bronze, la pierre ou l'acier, s’intègrent dans le paysage urbain de Nice, d’Ouest en Est : La Porte des Alpes-Maritimes au Centre administratif (CADAM), « Regards sur l’Arénas » Les Fontaines Sculptures, Carras « Poséidon » et « Hommage à Venus », « Il faut en toute chose préférer l’intérieur à l’extérieur » la Vénus de l’Elysée Palace, Tête carrée Bibliothèque, « Il faut en toute chose préférer l’intérieur à l’extérieur » Palais Acropolis et Drapé dans le vide » Jardin du MAMAC.

« Pour l'artiste, la sculpture doit entrer dans la ville, sortir du ghetto des grandes galeries d'art »

« La meilleure galerie pour la sculpture c’est la rue, c’est la plage, c’est la place » Sacha SOSNO

Balade niçoise pour redécouvrir les œuvres de Sacha SOSNO :

« Regards sur l’Arénas », Les Fontaines Sculptures à l’Arénas Situées dans le complexe d’affaire de l’Arénas, a proximité de l’aéroport, deux fontaines de bronze et de granit noir d’une hauteur de sept mètres de haut ont été installées en 1992.

Regards_sur_l_Arenas_2.JPG

Regards_sur_l_Arenas_1.JPG

Carras : « Poséidon » et « Hommage à Venus » Le « Poséidon », et « hommage à Vénus » de Carras (au 2 av de Carras à l’angle avec l’avenue de la Californie) (Architecte : Michel ORSELLI – Groupe MEUNIER 2006) Sculptures en acier de 7 et 4,5 mètres de haut représentent deux divinités antiques : Vénus la déesse romaine de l’amour (Aphrodite en Grèce) et Poséidon le dieu grec des mers et des océans.

Poseidon.JPG

SOSNO_Venus.jpg

« Il faut en toute chose préférer l’intérieur à l’extérieur », la Vénus Façade hôtel Située au 59, promenade des Anglais la « Vénus de la façade de l’hôtel Four Points Sheraton ex Elysée Palace » offre depuis 1988 deux sculptures monumentales de bronze de Vénus de 26 mètres de hauteur et 420 tonnes de granit qui apparaissent dans la façade de verre fumée et de granit blanc. (Architecte : Georges MARGUARITA)

Venus_Hotel_2.JPG

Venus_Hotel_1.JPG

« Il faut en toute chose préférer l’intérieur à l’extérieur » Palais Acropolis Située sur le trottoir de la façade Est du palais des expositions Acropolis, cette sculpture, un bronze et deux blocs de marbre blanc de Carrare de 4,80 mètres de haut, veille sur les congressistes depuis 1985.

La « Porte des Alpes-Maritimes » au Centre administratif (CADAM) Entrée officielle du Conseil Général et à la Préfecture au Centre administratif (CADAM) au 86 route de Grenoble (sortie autoroute Nice St Augustin) En 2007 Sacha SOSNO installe cet ensemble d'oblitérations de cinq colonnes de marbre blanc de Carrare disposées en cercle et de deux colonnes en granit rouge de 3,10 mètres de haut (commande du Conseil général des Alpes-Maritimes)

Porte_des_AM_1.JPG

Porte_des_AM_2.JPG

Tête carrée Bibliothèque

(Sculpture habitée, Angle des rues Barla et Saint Jean Baptiste)

En mars 2000, ont débuté les travaux de la « Tête au carré », une sculpture monumentale de 26 mètres de hauteur qui allait abriter la Bibliothèque centrale de Nice, architectes Yves BAYARD et Francis CHAPUS concepteurs du Théâtre de Nice et du Musée d’Art Moderne et d’Art contemporain (Concours national - Financement Ministère de la Culture, région PACA, département des Alpes-Maritimes et Ville de Nice). Un an plus tard Sacha SOSNO débute l’installation des structures en aluminium de la « Tête carrée » qui sera inaugurée le 29 juin 2002. Signalons que le système d’éclairage nocturne de la Tête Carrée a été imaginé par Yann KERSALE (cf. « L’amorse du bleu » de Yann KERSALE avenue Jean Médecin)

La « Tête carrée », premier bâtiment édifié avec des techniques navales, première construction en aluminium perforé, représente la première sculpture monumentale « habitée » au monde. Ce bâtiment porte aujourd’hui le nom de Bibliothèque Louis NUCERA, écrivain niçois (1928 – 2000), qui passé son enfance non loin de là, avenue de Diables Bleus (le titre d’une de ses livres), prix Interallié en 1981 et Grand Prix de littérature de l’Académie française en 1993 pour l’ensemble de son œuvre.

Tete_Carree_1.JPG

Haute de 28 mètres et faisant un angle de 45° avec la rue, la « Tête carrée » abrite le personnel administratif de la bibliothèque. La partie publique de la bibliothèque sera enterrée sous la Promenade des Arts.

« Drapé dans le vise » Jardin du MAMAC Ce bloc de marbre blanc de 1,80 mètre de haut se trouve actuellement dans la partie sud du jardin du MAMAC. Il se trouvait précédemment à l’entrée du musée au niveau de l’esplanade et pourrait retrouver sa place dans quelques mois après des travaux de réfection des façades de l’édifice.

lundi 2 décembre 2013

Dévoilement de la plaque Romain GARY à Nice par Christian ESTROSI au 7 du bd François Grosso

Gary1.JPG

Gary2.JPG

Gary3.JPG

Gary4.JPG

samedi 30 novembre 2013

Lancement des illuminations de la Place Masséna et inauguration du Village de Noël à NICE

NOEL1.JPG

NOEL2.JPG

NOEL3.JPG

NOEL4.JPG

NOEL5.JPG

NOEL6.JPG

NOEL7.JPG

NOEL8.JPG

NOEL9.JPG

NOEL11.JPG

NOEL20.JPG

jeudi 7 novembre 2013

« Centre Culturel et Diaconie » de Saint Pierre d’Arène

L’association « Centre Culturel et Diaconie » de Saint Pierre d’Arène Et le Père Gil Florini son président

Vous invitent à assister à la présentation publique des travaux de réalisation du Centre Culturel et Diaconie le

Samedi 16 novembre 2013 à 17 h 00 Eglise St Pierre d’Arène 62, rue de France à Nice

Cette réunion nous permettra de connaitre l’avancement du projet et le planning des travaux en présence de l'architecte.

Participation des RIGHT SPIRIT SINGERS

St_Pierre_Arene__16_nov_2013.jpg

dimanche 20 octobre 2013

A Nice comme dans toute la France célébration du 1er anniversaire de l’UDI !

Avec Rudy SALLES, Christian ESTROSI et Serge AMAR

1anUDI1.JPG

1anUDI2.JPG

1anUDI3.JPG

1anUDI4.JPG

- page 1 de 5